15 49.0138 8.38624 1 0 4000 1 https://somiio.fr 10000 0

Jupe Anémone : coudre un mythe (Deer & Doe)

16 commentaires

Cette jupe Anémone était déjà visible la semaine dernière #teasing… et beaucoup d’entre vous l’avaient reconnue. Mais cette semaine, j’entre dans les détails 🙂

Déjà, c’est à nouveau un projet issu de mon programme 2022. Je suis donc encore doublement satisfaite de moi : la jupe est aussi cool qu’imaginée et j’ai respecté mon plan.

Et on aime toustes quand un plan se déroule sans accrocs.


Hop, le 6e projet coché de ma liste de projets couture 2022 !

ITEM BOUTIQUE QUANTITÉ PRIX
Patron de la jupe Anémone Prêté par Missumlaut-Kikoo 1 0 €
Jacquard en laine mélangé La Réserve des Arts 1 m 2,50 €
Doublure synthétique noir & rose (chutes) Stock 0,7 m 0 €
Thermocollant Stock 0,5 m 0 €
Ruban de crin à ourlet impossible de me souvenir 1 m 1,00 € 
Zip invisible La Réserve des Arts 1 0,30 €
Fil Stock 1 0 €
Total     3,80 €

Le patron de la jupe Anémone

La jupe Anémone était déjà mythique et indisponible quand je suis (re-)venue à la couture en 2016. Je l’avais repéré sur Thread and Neddles assez rapidement je crois.

Mais l’ascenseur émotionnel a frappé quand, juste après le coup de cœur, j’avais appris que la jupe Anémone avait été retiré du catalogue Deer & Doe (pour des raisons qui restent encore aujourd’hui mystérieuses). Et que le patron était, de ce fait, quasi introuvable.

Du coup, a-t-elle besoin d’être présentée ? On va dire que oui pour les petit·es nouveau·elles.

La jupe Anémone est une jupe trapèze à taille (très) haute et entièrement doublée.

Elle existe en 2 versions : la version iconique est une mini à péplum ou basques (suivant votre vocabulaire préféré) et la version plus sage au genou.

Jusque là, rien qui ne justifie son éjection du catalogue.

À ma connaissance, le patron n’existe qu’au format papier du 34 au 46 (86 à 110 cm de tour de hanches).

Même si le patron mentionne 1,60 m de tissu nécessaire, j’ai fait tenir la mienne dans à peine 1 m en positionnant les basques en contrefil.

Après quelques temps à chercher désespérément le patron d’occasion sur les internets, j’ai trouvé une bonne âme pour me la prêter. Je peux vous dire que la traque à l’Anémone fait toujours rage et qu’il faut être plus que réactive pour choper l’occase quand elle se présente sur Le Bon Coin.

Bref, Missumlaut-Kikoo de T&N m’a fait confiance pour me l’envoyer par la Poste (merci !!!). Je l’ai décalqué (à une époque où j’étais à mon plus fort tour de taille), j’ai scanné les explications et je lui ai renvoyé le Précieux derechef. Bim bam boum ! Ça y est, j’ai le patron !! Hiiiii !

La jupe Anémone offre une grande liberté de mouvement

En dépit de son petit air guindée, ma jupe Anémone est très confortable !

Après tant d’excitation, on pourrait se dire que je l’ai cousu illico ?

Oui, presque. 2 ans plus tard, je la voilà cousue. Chacun sa vision de l’urgence.

La jupe Anémone vue de trois-quart

Coudre la jupe Anémone

Quand j’ai décidé de m’y mettre, je tremblotais un peu des fesses en cherchant mes pièces de patron. J’avais peur d’avoir décalqué en trop grand (puisqu’à l’époque j’avais quelques cm de plus au tour de taille) et de devoir grader à l’aveugle.

Mais à ma grande satisfaction, j’avais été assez optimiste en décalquant en 42 MAIS en marquant aussi les lignes de la taille 40 sur le patron. Quelle heureuse prévoyance !

Car le 40 de Deer & Doe, ça tombe bien, c’est pile-poil mes mensurations.

En dépit, de quoi, d’après vous… ai-je fait des modifications ? Bah oui, évidemment.

Mais d’abord, admirons ce zip invisible imparfait mais par trop moche quand même.

À noter que j’ai refermé la doublure autour du zip à la machine… une technique « made in moi » absente des instructions.

Modification 1 : le peplum de la jupe Anémone

Une des choses que j’ai pu observer sur Threads & Neddles ou sur les blogs, c’est que les basques avaient parfois l’air un peu raplaplas. Or, tout l’intérêt du peplum, c’est bien d’élargir les hanches pour rétrécir la taille par contraste. 

Tout comme on se rembourrait les hanches sous les corsets ou plus généralement qu’il y eut la mode des faux-cul ou des crinolines.

Ma technique pour avec des basques qui tiennent sur votre jupe Anémone

Du coup, pour assurer une tenue et un volume adéquat au péplum de la jupe Anémone j’ai procédé à 3 modifications : 

  • le bas de la basque a vu ses marges de couture réduites de 0,5 cm et donc sa largeur augmentée de 1 cm
  • de l’entoilage a été posé sur le bas des pièces (en noir sur les photos)
  • ensuite, un ruban de crin synthétique a été cousu le long de l’ourlet au point zig-zag pour maintenir le volume

Modification 2 : entoilage des pièces

D’ailleurs, même si les explications ne le précisent étrangement pas, tout le reste des pièces (dos, devant, côtés dos et côtés devant) ont aussi été entoilés sur 14 cm (à partir de la taille) pour stabiliser le tissu et le rendre un peu moins froissable.

En effet, ces pièces sont soumises à pas mal de tension puisqu’elles forment directement la taille.

Modification 3 : des poches en plus

Autre modification que vous devez avoir aperçu plus haut : j’ai ajouté des poches. Parce qu’une jupe sans poche, franchement, c’est non.

Pour cela :

  • j’ai coupé en 2 la pièce côté devant 1 cm au-dessus de la fin de la basque,
  • rajouté des marges de couture
  • et dessiné & coupé deux fonds de poche.

Cela dit et fait et cousues, le poids du tissu laisse les poches légèrement béantes. Et comme elles sont encore trop proche du bord de la basque, on voit (un peu) les ouvertures. Bêêêêh !

Du coup, j’ai ajouté des pressions. C’est mieux mais pas parfait. Si je devais le refaire, je placerais la poche 1,5 cm plus haut encore, vraiment sous la basque.

Une jupe Anémone avec des poches ! !

Modification 4 : le montage de la doublure

Le dernier truc à assembler, et le dernier truc que j’ai modifié, c’est la doublure.

Avant cela, un mot sur ma doublure bicolore : c’est uniquement liée à mon envie d’écouler les chutes de manière rigolote… et invisible.

En effet, les explications proposent un assemblage à la ceinture puis une couture au point glissé à la main à l’ourlet.

Alors oui, mais non. Ce n’est pas que je regnignasse à la couture à la main, loin de là. Mais, sur ce coup, il y a vraiment facilement moyen de faire autrement, plus facile, plus propre et plus pérenne.

Pour commencer, j’ai marqué l’ourlet au fer à repasser à 5 cm puis je l’ai glacé ou « bagué » comme dit DP Studio.

Une jupe Anémone avec des basques qui tiennent en forme !

Ensuite, j’ai délicatement décousu une couture d’assemblage entre 2 panneaux, retourné toute la jupe sur l’envers et assemblé la doublure à l’ourlet à la machine.

Finalement, la jupe est retournée sur l’endroit par l’ouverture. Une dernière couture pour refermer l’ouverture et hop !

Conclusion

Je ne regrette que le placement des poches sur ma jupe Anémone !!

Non franchement, je kiffe le tissu, j’adore la forme et mes petites bidouilles ont presque toutes fonctionné comme attendu.

En plus, j’ai vraiment un petit déficit au rayon jupe, ça en fait au moins une de plus.

Enfin, comme tout le monde l’a dit, elle est très confortable. Cela dit, je n’en doutais pas vraiment puisque j’ai déjà plusieurs vêtements avec ce genre de taille haute (le short Chataigne, le short Chataigne bis, le short Parasol, etc.)… et ils sont tous au top du confort.

Enregistrer sur Pinterest

Article précédent
Sweat Versy épaulé sans épaulettes (Grasser Pattern)
Article suivant
Soutien-gorge Achille ou Patrice (Atelier de Guillemette)

16 commentaires

  • 13 novembre 2022 à 05:57
    Fanfreluche

    Merci beaucoup pour cet intéressant article. L’aventure commence par la chasse au patron et se poursuit de façon passionnante avec tes fignolages façon Solène. Ta doublure en mode je passe le tout par le trou de souris est particulièrement intéressante. Néanmoins, je ne sais pas si je m’y risquerais. Je craindrais que ça tire ici ou là. L’autre technique qui m’a intriguée c’est l’entoilage et la pose de la bande de crin à l’ourlet. Voilà des techniques tailleur d’habitude réservées aux vestes, je crois. Elles donnent une très belle structure à cette jupe précieuse. C’est top.

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:38

      Merci beaucoup 😉 Pour la doublure, pas de risque que ça tire puisque j’ai fait un ourlet de 5 cm. Ça laisse du mou à la doublure. Au final, c’est plus ou moins la même technique que pour les vestes tailleur justement !

      Répondre
  • 13 novembre 2022 à 10:27
    Morgane

    Comme je n’y connais rien en couture, je ne me risquerais pas à faire de commentaire de ce côté. Mais le modèle est fort joli, et le tissu toujours très opportun. Bravo pour les poches : avant que tu le signales, je ne les avais pas repérées.
    Pour ce qui est de quoi mettre avec cette jupe, je ne suis pas fan du top très structuré de la précédent prise de vue (l’ensemble faisait trop rigide). Je préfère nettement ce top mou.

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:40

      Merci ! Les poches ne sont pas dramatiques mais pas aussi invisibles que j’aurais aimé. J’ai commencé à tester différents hauts avec la jupe… je pense qu’elle s’adapte à pas mal de truc mais plutôt des hauts que je peux rentrer ou assez courts pour mettre en valeur la taille haute.

      Répondre
  • 13 novembre 2022 à 13:36
    ANNE MARIE le badezet

    J’adore, mais je redoute l’effet parachute sur des hanches plus larges.
    Et les poches, je suis toute ébaudie devant ce talent. C’est pas de la bidouillerie, c’est de l’art !

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:42

      Je pense que la technique marche sur toutes les largeurs de taille… mais c’est toi qui voit comment tu es confortable bien sûr !

      Répondre
  • 13 novembre 2022 à 16:03
    Florence

    Eh bien ça donne vraiment envie de s’y mettre… j’ai même un tissu en stock qui m’a directement sauté en tête, et comme ça se trouve, je fais tes mensurations d’il y a deux ans !

    Projet à garder en note.

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:51

      Ma patronthèque est à ta disposition 😉

      Répondre
  • 13 novembre 2022 à 16:24
    Sophie

    Décidemment tu fais dans la vieille série, ce qui n’est pas pour me déplaire !
    Très astucieux le placement des poches, j’adore le rendu !

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:52

      Ah c’est sûr que je ne fais pas partie des blogueuse et influenceuse toujours au taquet de la dernière sortie cousue dans les 15 jours !

      Répondre
  • 13 novembre 2022 à 20:40
    cyqlaf

    Moi aussi, j’ai honte … on m’a aussi décalqué le patron et je ne l’ai jamais cousu. Mais elle ne m’ira jamais aussi bien qu’à toi.
    Elle est superbe ta jupe ! /* & viva les poches !!! */

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:53

      Mais pourquoi ne t’irait-elle pas aussi bien ! Elle est justement faite pour le trompe-l’œil… ça marche sur toutes les morphologies !

      Répondre
  • 14 novembre 2022 à 10:06
    Mlle Mi

    Magnifique ! Je ne passe plus que rarement sur ton blog (mais plus que sur tous ceux que j’ai lâché parce que les publications se faisaient trop rares…), mais je ne suis jamais déçue ! Par contre, je ne sais pas si j’ai « oublié » ce patron, ou si je ne l’ai jamais vu, mais je le découvre ici. Est évidemment, il me parait indispensable. Son indisponibilité le rend bien sûr encore plus désirable. Tes modifications, surtout la petite astuce qui soulève les basques, rendent le tout si élégant : encore bravo, et merci pour ta publication. Je m’en vais de ce pas à la recherche de ce patron…

    Répondre
    • 14 novembre 2022 à 10:54

      Merci ! Si tu veux être sûre de passer plus souvent, tu peux t’abonner à la newsletter : tu auras directement les nouveaux articles dans ta boite aux lettres 😉

      Répondre
  • 17 novembre 2022 à 08:07
    Nathalie

    Cette jupe est vraiment très intéressante dans sa conception et j’adore ta réalisation. Bon au risque de me répéter je ne suis pas fan des tailles hautes mais c’est assez bluffant et effectivement ça fait une taille de guêpe!!
    Bonne idée d’avoir entoilé la basque, cela lui donne un joli volume.

    Répondre
  • 19 novembre 2022 à 00:26
    Mag à l'eau

    Très joli sur toi, mais non, ça ne va pas à tout le monde.
    Le truc qui me laisse sans voix, et super jalouse : 2,50 € le mètre de jacquard !!!

    Répondre

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.