15 49.0138 8.38624 1 0 4000 1 https://somiio.fr 10000 0

Robe Fleurs croisées (Patron Modèle 5286)

17 commentaires

Cette robe Patron Modèle est un patron vintage original et habillé… il ne me manque plus qu’un mariage ou une occasion pour la porter !

Malheureusement, la vie en ce moment ne tourne pas vraiment autour de ce genre d’événement. C’est d’ailleurs l’origine de mes absences sur ce blog. Mais bon, ça fait au moins un peu de couleurs et de gaité pour changer.

Et la couture d’un patron vintage demande aussi pas mal de concentration, de technique et d’inventivité. De quoi changer les idées pour quelques heures ou même quelques jours ici !


Hop, le 7e projet cousu dans ma liste de projet couture 2023 !

ITEMBOUTIQUEQUANTITÉPRIX
Patron vintage10 €
Twill de soie turquoiseBennytex1 m19,80 €
Viscose Phoenix flowers (Cousette)Atelier de la Création0,60 m12,60 €
Voile de coton blancTissu de Rêve1 m5,90 €
Biais Petit PanPuce de couturières6 m3 €
FilStock10 €
Total  41,30 €

Le patron 5286 de Patron Modèle

Cette robe Fleurs Croisées est un patron vintage de la marque Patron Modèle. 

Il est arrivée en ma possession par ma soeur (merciiiii !), ou plutôt mon beau-frère qui en a retrouvé un stock incroyable… dans la rue, au rebut. Scandale !

J’en ai donc pris une petite sélection dans un premier temps, puis sous la menace que le reste finisse à nouveau à la rue, une plus grosse sélection.

Ce patron vintage est en réalité le second patron vintage que je couds, mais vous verrez le premier plutôt à l’automne ou à l’hiver.

La pochette contient une feuille d’explications, illustrées mais à destination de la couturière aguerrie.

Les techniques de couture sont décrites brièvement et surtout, ne correspondent pas forcément à nos habitudes de couture actuelles.

Il faut avoir de bonnes bases pour être capable de réinterpréter.

Les pièces de patron quant à elle, sont prédécoupées dans un papier de soie très fin et sans aucune indications imprimées.

Le patron est en taille 40 (TP 88 cm – TT 65 cm – TH 92 cm) avec de brèves indications pour le diminuer en 38 ou l’augmenter en 42.

Pour le choix de la taille, le patron conseille de se référer uniquement au tour de poitrine.

Le patronnage de cette robe est aussi plutôt inhabituel. Il m’a pas mal intriguée au départ avec ses bonnets sous les devant croisés pour une sécurité maximale.

Coudre la robe du Patron Modèle 5286

Du coup, j’ai décalqué toutes les pièces sur un papier moins fragile en ajustant vers le 38 pour le buste et en 40 pour le bas.

Les bons tissus

robe croisée Patron Modèle 5286

Non, je ne suis pas enceinte… ou alors juste d’un coup de vent momentanément !

Si on se souvient du projet initial, je pensais utiliser des chutes d’un coton imprimé de Rico Design pour le haut ou un autre mini-coupon d’Amandine Cha pour le haut de la robe.

Mais hélas, ô rage, ô désespoir, aucun talent en Tétris ne permettait d’y faire rentrer les devants croisés, et encore moins la ceinture.

Je suis donc partie en chasse sur les internets pour une étoffe imprimée à mon goût et assortie au twill de soie élasthanne turquoise du bas. Et bon courage !

J’ai trouvé mon bonheur avec cette viscose Cousette chez l’Atelier de la Création qui m’a permise d’acheter en boutique les 60 cm nécessaires sans RIEN acheter d’autre. On a les victoires qu’on peut.

Pour que cela fonctionne dans mon coupon de 60 cm, les bonnets dessous sont coupés dans le twill de soie et la ceinture est en plusieurs morceaux.

 

Les belles finitions de ma robe Patron Modèle 5286

Concernant les finitions, Patron Modèle propose de finir avec des petits ourlets les devants croisés, la ceinture à la suite, le dos de l’encolure, les manches et les bonnets dessous.

Ces finitions ne me convenaient clairement pas.

Pour obtenir un niveau de finition correspondant à ma tatasserie personnel, j’ai :

  • doublé les bonnets dessous avec le même tissu,
  • doublé la ceinture avec la soie turquoise avec un assemblage en fourreau avec les devants pour cacher les coutures,
  • bordé au biais « à demi-cheval » les manches et l’ensemble du décolleté croisé (c’est à dire que j’ai réduit le biais visible à 0,5 cm plutôt que le plein centimètre).

À la base, je pensais y aller avec un biais invisible.

Mais grâce à mon stock bien achalandé, j’ai retrouvé plusieurs mètres ce joli biais annoté à la main « Petit Pan » dégoté dans une vente de couturière.

Rayé, fin et souple, j’ai trouvé qu’il s’assortit formidablement avec mes tissus. Du coup, j’ai décidé de le laisser visible sur 5 mm et je kiffe le contraste fleu-fleurs & rayures graphiques.

Dans le même genre, lorsque j’en suis arrivée à l’assemblage de la jupe sur le buste, j’ai réalisé que le twill de soie tout seul était trop translucide pour se suffire à lui-même.

Rhâââ. Bon, et hop, une doublure en voile de coton ajoutée au programme.

Enfin, il y avait la question du zip invisible sur cette fine viscose et la soie élasthanne. J’avais peur que ça gondole ou tombe bizarrement en rigidifiant le tissu.

Les bords des milieux dos ont été entoilés avec du ruban droit fil de 2 cm et, ma foi, ça roule pas mal.

À l’intérieur, les bords du zip sont terminés avec du biais voile avec ce que les Anglais appellent le « Hong Kong finish« . C’est à dire que le côté non visible du biais n’est pas replié sur lui-même.

Han, mais ça va s’effilocher allez-vous me dire ! Ben non, le biais, c’est dans le biais. Et le biais, ça s’effiloche pas. Enfin pas dans ces tissus en tout cas.

Et pour répondre à la question de Liseli, j’ai trouvé mes rouleaux de biais voile (1 noi, 1 blanc) à la Réserve des Arts… du matériel de Haute Couture je pense.

Les petits soucis pour coudre ce Patron Modèle vintage

Outre le questionnement sur le zip, j’ai passé quelques nuits à faire travailler passivement mes neurones sur d’autres petits soucis. Comme je disais, un patron vintage, ça se mérite !

Liste non exhaustive mais les plus remarquables étaient :

  • comment assembler les côtés devant et dos : plutôt un gros problème ! XD
  • pourquoi une énorme grimace apparaissait sur les épaules ? J’ai failli lâcher l’affaire. Mais je suis un petit peu têtue quand même.
  • comment faire l’ourlet sur cette soie si fine et élastique ? Et si j’esquivais ce souci…. Ooooh un roulotté !

Les côtés m’ont vraiment pas mal désarçonnées (à voir sur la photo avec les bonnets dévoilés plus haut).

Ni les hauts devant et dos, ni la jupe devant et dos ne s’alignaient.

J’ai bâti, à l’aiguille, au fil hydrosoluble… et j’ai fini par arriver à la conclusion que le décalage sur le haut était volontaire, et sur le bas, dû à la difficulté de couper droit ce pu**** de twill de soie.

Cela fait, j’avais encore un ourlet remarquablement inégal, avec des décalages de près de 10 cm. #montagnesrusses

C’est là que mon mannequin de couture reflétant ma morphologie s’est révélé irremplaçable pour égaliser le bazar.

Un ourlet roulotté plus loin et j’avais enfin FINI !

Ha ha ha. Non.

L’ourlet terminé, il a fallu que je me rendre à l’évidence, deux grosses grimaces se formaient de chaque côté, au niveau de l’assemblage avec la « bretelle » du bonnet.

Ces grimaces ne pouvaient pas rester telles quelles. Enfin, elle auraient pu mais pas sans me rendre folle.

J’ai donc décousu (des surpiqûres ET coutures anglaises) et repassé plusieurs heures à coudre, repositionner la bretelle, l’allonger, découdre et recoudre.

Au final, le problème se situait plutôt sur l’encolure dos. J’ai dû retirer 1 cm supplémentaire sur l’encolure dos et reposer le biais.

Voilà, là ça tombe mieux. Il n’y avait « plus qu’à » reprendre toute l’encolure dos et le zip.

Ouf, là, c’était VRAIMENT fini.

Conclusion

Piouf ! En voilà une qui m’aura bien occupée et testée mes compétences de couturière. On peut dire que ces projets à base de patrons vintage sont un excellent moyen de progresser sur la technique et l’autonomie par rapport aux instructions.

Mais je la trouve magnifique, bien qu’un peu fragile (le twill de soie). Il me reste à trouver l’occasion car elle n’est pas taillée pour la vie de tous les jours.

Non que j’ai peur d’être « trop bien habillée », mais j’aurais peur qu’elle ne tienne pas le choc du métro, des frottement de sac, etc.

Je termine là mon roman fleuve ! Vous pouvez retourner à une vie normale 😉

Article précédent
Sweat Christa Octopus (Jacky-L)
Article suivant
Jupe Boardwalk en jersey (Greenstyle)

17 commentaires

  • 30 juillet 2023 à 06:50
    Morgane

    Ah enfin un article ! Je commençais à m’impatienter.
    Très jolie réalisation. Quelle pugnacité !
    Il reste encore des patrons, nous n’avons évidemment rien remis sur le trottoir.
    Je me demandais si les morceaux de patron pré découpés en papier n’étaient pas l’œuvre de la couturière anciennement propriétaire de ces patrons…
    En tout cas bravo !

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 07:00
    Fanfreluche

    Merci pour cette revue détaillée de ce projet couture qui, vu en photo sur Thread & Needles, cachait bien son jeu. Je n’aurais pas deviné qu’il s’agissait d’un patron vintage. Je lui trouve plutôt un côté bien moderne. Quoi qu’il en soit, la robe est juste ravissante et tu la portes merveilleusement bien. Bravo pour la coiffure très recherchée et pour les belles photos.

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 08:48
    Nathalie

    J’adore cette jolie robe vintage!!! Bravo pour le décryptage du montage, pas évident sur ce type de patron et j’en sais quelque chose!! Elle est superbe et te va à ravir. Les associations de tissu et de couleurs sont splendides..
    Ces modèles sont toujours complexes mais astucieux, on voit nettement la différence avec la plupart des patrons récents. Bravo!!

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 09:38
    Borealis

    Ces 2 tissus étaient faits pour se rencontrer, j’adore ! Et j’admire ta patience, je crois que chez moi tout serait passé par la fenêtre 😀 Je deviens fainéante avec le temps, les patrons vintage ce n’est plus pour moi !

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 10:56
    Cyqlaf

    Sacrée robe et sacrée obstination ! Mais le résultat en vaut largement la peine.
    Si en plus, ça t’apporte un peu de distraction et de joie …

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 11:26
    anaey

    Très jolie robe qui te va à merveille . L’association des tissus est géniale. Les patrons vintages ont très souvent des explications succinctes et un tableau des mesures des tailles décalées par rapport à celles d’aujourd’hui.

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 12:46
    helene

    Mais elle est ravissante et le modèle original ……..si on oublie les galères rencontrées que tu as su résoudre à merveille….
    ce n’est pas pour tout le monde,on le voit aux patrons actuels qui ne sont absolument plus travaillés et qui se ressemblent tous ,bien souvent
    bravo et bravo pour l’association de ces coloris…….au top

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 13:43
    CCArdèche

    Superbe, belle réussite, tu as bien fait de persévérer ! Les couleurs sont magnifiques et te vont très bien, merci pour les belles photos…

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 16:39
    Laudette

    Dans ce monde où tout fout le camp, il y a encore des gens pour poser du biais « demi à cheval » ou revoir des finitions pour atteindre le niveau d’exigence requis… Tout n’est donc pas définitivement perdu. Merci.
    Et très belle robe vintage admirablement actualisée.

    Répondre
  • 30 juillet 2023 à 16:49
    Marmotta

    Superbe, j’aime beaucoup, la forme et le choix des tissus. La coupe du modèle est étonnement actuelle ! Quelle chance d’avoir trouvé ce stock de patrons vintage.
    Il est évident qu’on ne cousait pas de la même façon il y a 50 ans, il fallait avoir un minimum d’autonomie !!!

    Répondre
  • 31 juillet 2023 à 10:14
    SB Créations

    Alors ça c’est ce qu’on appelle se challenger ! Bravoooooooooo à toi car le résultat est tout simplement sublissiiiiiiiiiiiiiime ! Je suis admirative de tes finitions aux petits oignons !

    Répondre
  • 31 juillet 2023 à 17:16
    CharliePop

    Quelle belle robe ! J’adore l’effet « cache-bonnet ». Je n’ai jamais cousu de patron vintage, ton article me donne bien envie de la rajouter à ma liste. Et les tissus utilisés sont superbes egalelent. J’ai cru comprendre à lecture de l’introduction que la période n’était pas facile pour toi, alors j’espère que le soleil (métaphoriquement parlant) reviendra bientôt. Au plaisir de te lire, belle journée

    Répondre
  • 2 août 2023 à 16:20
    marie LN

    Wahou !!! quelle énergie pour un superbe rendu !! J’ai osé des patrons vintage, mais effectivement quelle galère. Alors bravo, bravo !

    Répondre
  • 5 août 2023 à 15:43
    Myriam

    Wahou quel boulot ! mais quelle robe aussi ! superbes tissus et super rendu !
    Bravo !

    Répondre
  • 7 août 2023 à 09:37
    Nathalie Vandeville

    Alors là, je dis mille fois bravo !
    Malgré tes galères, tu as fait de ce modèle vintage, une véritable œuvre d’art. Je suis fan des couleurs (heu bah ce sont un peu les couleurs que j’affectionne particulièrement). Bref, chapeau bas Madame ! J’envie ton adresse et ta patience…
    Je n’ai jamais fait de modèle vintage car pas assez d’expérience mais j’adorerais en coudre. C’est mon côté nostalgie. Encore une fois bravo.

    Répondre
  • 24 août 2023 à 12:54
    Fourmi

    Bonjour SiMiio
    Ta robe est superbe, bravo pour les assemblages de tissus et la réalisation parfaite… Et les chaussures bicolores assorties : la classe !
    Moi aussi j’ai quelques patrons des années 60-70, légués par ma mère : Jardins des Modes, Femmes d’Aujourd’hui, etc… Des robes à la Twiggy ou Jackie, qui me font rêver, d’autant que j’étais môme à cette époque, et que c’est ce qui m’a donné le virus de la couture.
    Les soucis d’assemblage ne me font pas trop peur, c’est plutôt que ces patrons étaient conçus pour des femmes d’il y a 50 ans, de morphologie différente, de stature 1.65, maxi 1.68… Des explications succinctes et souvent pas mal de retouches à faire (ma mère y passait un temps fou).
    Mais j’avoue : coudre un tel patron est très formateur !
    Les patrons de maintenant sont mieux expliqués, mieux conçus et mieux adaptés à nos morphologies. J’aime les patrons dits « vintage » Vogue et McCall’s (ceux là sont superbes) ou Burda (dont ceux des magazines hors série Vintage) : là, une fois vérifié que les mesures des pièces + aisance vont s’adapter à mes mensurations, je ne crains pas les soucis – ou les crains moins.

    Répondre
  • 30 octobre 2023 à 11:07
    Mousse

    Je suis admirative du temps passé aux ajustements ! C’est ce qui s’appelle persévérer… Merci pour ce compte rendu très complet qui servira à d’autres.

    Répondre

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.